• Slider 2
  • Slider 1
 
Aux petits soins des stars à la foire-expo de Barbezieux
 
Un trio féminin de choc est chargé de soigner la déco et de dorloter les vedettes qui se succèdent à la foire-expo. Elles repassent, réconfortent et se font leur propre réseau dans le show-biz.
nicole pied et claude bredon cousent peignent bricolent 514040 536x358p
Nicole Pied et Claude Brédon cousent, peignent, bricolent... et sont prêtes à faire face à la plus incongrue des demandes des artistes.. PHOTO/Photo CL

Claude Brédon et Nicole Pied pestent contre I'Aigeco qui n'est pas conforme à la demande. La fenêtre n'est pas du bon côté. Cela fait partie des tracas de dernière minute. C'est pourtant cette structure qui constituera la loge des vedettes. "Il arrive nu et nous le décorons à notre façon pour soigner l'accueil des artistes", souligne Nicole Pied, l'une des trois décoratrices de la foire-expo (avec Myriam Lefrançois), également chargée de l'accueil des célébrités.

Un travail minutieux qu'elles prennent très au sérieux. Ce soir, elles recevront Frédéric François.

Curieusement, c'est une première à Barbezieux pour le chanteur glamour. Demain, ce sera au tour d'Hélène Ségara, une copine déjà venue en 2009. "Elle a déjà demandé si on serait là pour s'occuper d'elle", se réjouit Nicole Pied. Depuis 20 ans qu'elle pratique cet accueil, des liens se sont parfois tissés avec certains.

Les trois femmes savent que la loge et le carré VIP de la foire-exposition ne peuvent pas se comparer avec les loges plus officielles des grandes salles parisiennes. "Et encore, on a été voir le spectacle de Patrick Sébastien à Paris cet hiver. On a été le voir dans sa loge et c'était pas terrible. Il nous l'a dit lui-même: "C'était mieux chez vous".

À Barbezieux, leur déco est très personnalisée. "On chine des chaises, je ramène beaucoup de choses de chez moi. On demande des compositions florales personnalisées. Dans le frigo, il y a tout ce qu'il faut à leur disposition", expliquent les bénévoles.

Eau, jus de fruit "et ce que l'on nous demande en plus. L'an dernier, c'était une bouteille de vodka. Un autre artiste voulait des huîtres", raconte Nicole Pied.
Mais pas question de dénoncer.

Seule exception: Gérard Lenorman, "très pro sur scène mais humainement odieux", se souviennent-elles. "Il devait prendre un repas avec les jeunes filles du concours de miss qui l'ont attendu pendant trois heures, avant qu'il décide d'aller manger après sa balance à Angoulême". Elles se souviennent d'un autre groupe qui a bu abondamment avant de débuter son concert.

Toujours prêtes à se mettre en quatre

"La jeune femme du groupe m'a même demandé de lui porter son verre de vin après son repas dans toute la foire et elle avait une autre bouteille dans sa loge, se rappelle Claude Brédon. Ils étaient passablement éméchés quand ils ont fait le concert, mais personne ne s'en est aperçu", veut-elle croire.

Certains artistes ont tendance à avoir l'ego surdimensionné.

"Un chanteur a exigé qu'on lui lave sa chemise sur-le-champ, trois heures avant son concert. Comme on n'avait rien sur place, on lui a lavé, mais avec du liquide vaisselle. Il n'a rien vu", sourit Nicole Pied.

Plutôt que ces souvenirs salés, elles préfèrent retenir la gentillesse d'Hervé Vilard, "qui a acheté plein de choses dans la foire, du pineau, du cognac, et même un arbre chez un pépiniériste". Patrick Fiori "un garçon adorable': a lui été faire des courses de vêtements en ville et a participé au repas des aînés.

Pierre Perret; Gilbert Montagné, très curieux sur les cagouilles; Michel Fugain, qui a laissé des cadeaux aux hôtesses, ont tous posé en photo avec elles. Et puis il y a ceux qui sont devenus des amis comme Mario, du groupe "Émile et Images": "On se téléphone de temps en temps".

"Mais dans l'ensemble, ça se passe bien. Quand il y a des problèmes, c'est plutôt avec le régisseur plus qu'avec les vedettes qui n'en demandent parfois pas tant, même si les cahiers des charges se sont durcis", racontent les hôtesses, toujours prêtes à se mettre en quatre pour satisfaire les artistes.