• Slider 2
  • Slider 1
 
Journée chargée des écoliers
 
ecoliers

APhilippe Rousseaux, formateur charcutier, propose des grillons aux élèves de primaire de l’école Sainte-Marie. © PHOTO ANNE LACAUD.

Les élèves de l’école primaire privée étaient de sortie hier à la foire-exposition. Nous avons suivi leurs pas au fil d’une journée très chargée.


CYRILLE CRESPY

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

«Avec leurs bobs jaunes et leurs polos, on ne peut pas les perdre. » Assis confortablement pour déguster leur plateau-repas, les enseignantes de l'école Sainte-Marie se permettent quelques plaisanteries. Et un peu de relâchement entre toutes les activités d'environ 80 enfants montés sur ressorts. Dès le matin, les petits de 6 à 11 ans ont pu « observer les tracteurs et monter dessus », explique Amélie Brouard, une des institutrices présentes.

De quoi enthousiasmer certains écoliers, comme le petit Clément, élève de CP à la tête déjà pleine de rêves : « j'ai vu un mini-quad que mes parents vont m'acheter. » Aussitôt une activité finie, les enfants embrayent sur une autre, déambulant en une longue file indienne encadrée par des enseignants et surtout des parents volontaires « sans qui rien ne serait possible », selon la directrice Carole Couribaut.

Et la prochaine étape, c'est la démonstration du rallye de Saint-Hilaire. L'événement prend une importance singulière en cette année où le thème du comice est celui de la chasse et de la pêche. Michel Mesmain sort une anglo-français blancs et noirs. Les enfants suivent avec attention les déplacements vifs et précis de la meute au son du cor. Pour certains d'entre eux, ce ballet ne leur est bien sûr pas inconnu, et nombre d'élèves peuvent raconter fièrement que leur famille comporte quelques chasseurs. Mais certains élèves retiendront davantage d'autres activités. Fanny, élève de CP également, retient surtout de cette matinée ensoleillée la « séance maquillage ». Pour Simon, son gourmand camarade de classe, ce sera plutôt le coin gastronomique où ils ont eu la surprise de découvrir les grillons de Philippe Roussaux, formateur charcutier.

Entre sport et pédagogie

Dès le repas terminé, la fine équipe repart à l'aventure. Direction notamment le village de la chasse et de la pêche. Et c'est d'abord la faune sous-marine qui attire l'attention des jeunes. Les stands semblent presque pensés pour eux, tant ils mêlent exercices ludiques et apprentissage didactique. D'abord via un jeu de pêche à la ligne. Les élèves se munissent tour à tour d'une canne à pêche et essayent d'attraper des modèles de poissons en bois. « Doucement », répètent les animateurs tâchant de faire en sorte que leurs protégés effectuent des mouvements moins amples et donc plus précis. Un aquarium permet aux petits d'observer quelques poissons, comme une truite. Ce qui suscite quelques fanfaronnades enfantines, bien sûr, comme chez cet élève du cours élémentaire qui n'hésite pas à lancer à la cantonade : « mon père, il a déjà attrapé un poisson plus gros », raconte ainsi un élève du cours élémentaire. Dans la foulée, les plus téméraires ont pu s'essayer au « simulateur de pêche électronique » à l'aide d'un logiciel et d'une canne reproduisant les mouvements d'un poisson. Un exercice plus fatiguant que ne le pensaient les enfants. Mais le poisson attrapé, même s'il est virtuel, procure à l'heureux vainqueur une fierté bien réelle. Les petits traversent ensuite le village pour rejoindre la fédération départementale de chasse où un petit fascicule leur permet de reconnaître et d'observer un à un les animaux empaillés présents. « Celui-là, c'est le rat musqué », explique ainsi l'animateur aux enfants qui peinent désormais à tenir en place. Il faut dire que la journée, instructive, n'en a pas été moins éreintante, que ce soit pour les jeunes ou pour les encadrants.