• Slider 2
  • Slider 1
 
Daniel Guichard chantera au comice en septembre
 
Natasha Saint-Pier et Daniel Guichard seront les chanteurs vedettes de 2014.
 
1643076 6399160 800x400
Daniel Guichard, invité le 6 septembre à 18 heures à la foire exposition du comice. (photo Alain Guizard)
 
On ne commence pas sa vie de jeune homme en portant les cageots dans les halles, sans apprendre à compter d'abord sur soi-même. Daniel Guichard avait 15 ans, lorsque son père a quitté ce monde. Du coup, très tôt, il se montrera indépendant. C'est d'ailleurs vraisemblablement pour ce trait de caractère qu'on ne voit guère le chanteur, jouer aux "people" sur les plateaux de télé et dans les magazines au papier glacé : "Quand je n'ai rien à dire ou à faire, je n'y vais pas. je ne suis pas caractériel. Il ne s'agit pas d'un problème d'ego. Mais je fais ce que j'ai envie de faire ... On n'a pas à se galvauder et se gaspiller".
Authentique et sincère, il préfère et de loin, son public. Un public qui le suit et l'aime depuis une quarantaine d'années, mine de rien.

Un public qui pourra retrouver son chanteur à la voix grave et au charme irrésistible, le samedi 6 septembre sur le podium de la foire-exposition du comice agricole. Il offrira un tour de chant à 18 h.

Il crée une radio pirate.

L'État prônait "les radios ouvertes". Et bien Daniel Guichard en a profité "pour foutre un peu la merde" en 1981 avec sa Radio Bocal libre : "j'ai placé une antenne dans mon jardin pour diffuser un programme 100% français. Grâce à un copain, l'antenne s'est déplacée au-dessus des frigos du Leclerc de Nanterre, puis, sur le toit de la Défense". Victoire ! Quelque 400 chansons pouvaient enfin passer quotidiennement à la radio et fa ire un pied de nez au diktat anglesaxon, et à "la malhonnêteté intellectuelle".

Daniel Guichard a toujours su utiliser la technologie pour sa cause artistique. Il estime humblement que le cerveau humain a ses limites: "j 'ai vu des ingénieurs du son, très compétents, balayés par la technicité, avec l'arrivée de nouvelles consoles".

L'artiste s'autoproduit.

Aussi, très tôt, dans les années 70, lorsque Daniel Guichard débute sa carrière, il se fait confiance à lui-même. En entrant chez Barclay, il est son propre producteur et directeur artistique : "je n'ai rien changé depuis". Sa méthode ? Il utilise tous les moyens de communication : "La communication, c'est à la fois simple et compliqué. On ne peut plus se contenter d'avoir une guitare et chanter. Il faut apporter de l'info au quotidien". Utiliser les outils à bon escient comme Facebook, en faisant fi des commentaires, "Les gens vous aiment ou pas", alimenter une e.boutique, (D-guichard.com), rééditer des albums. "Le terrain reste l'essentiel, mais la technologie est indispensable".